Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Batterie ASUS B50A-B2

    La configuration reçue en test comprend un processeur Intel Core i7-4510U, 8 Go de mémoire vive, une carte graphique Nvidia GT 840M et un HDD de 1 To. Contrairement au reste du test, qui est valable pour tous les Z50, seule la déclinaison ici testée est concernée par nos commentaires sur les performances.Cette configuration permet au Z50 d'obtenir un indice machine de 109 sous notre panel de tests. Ce résultat la place loin derrière le Z510, également équipé d'un processeur i7, mais de série MQ (le 4702). Les performances sont équivalentes à celle d'un Lenovo Flex 2 15, un modèle assez similaire.

    Lire la suite

  • Batterie toshiba PABAS213

    Dans le fonctionnement de Tizen, on note quelques petites nouveautés, mais pas de grand bouleversement. Ainsi, la navigation peut toujours se faire par l'écran tactile ou bien à l'aide de la bague. Cette dernière permet désormais de refuser ou prendre un appel, ou encore de régler le volume du haut-parleur. Tout est fluide et nous n'avons pas noté de ralentissement particulier. Toutefois, nous n'avons pas pu soumettre la montre à rude épreuve durant cette courte prise en main. Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition : le SOS. En appuyant 3 fois de suite sur le bouton physique de la montre, on peut lancer automatiquement un SOS à un contact qui peut par la suite nous localiser en temps réel grâce au GPS de la montre. Toutefois, le fait que ce SOS passe par les SMS réduit quelque peu l'intérêt de la fonction en zone de couverture faible. Dans l'ensemble, on ne ressent pas véritablement de révolution dans cette Gear S3. On parlera plutôt de petites améliorations, par touches homéopathiques. C'est peut-être ce qui permet à Samsung de conserver la Gear S2 à son catalogue, en parallèle de sa nouvelle montre connectée.

    Intel dévoile aujourd'hui ce qu'il nomme sa 7e génération de processeurs Core, Kaby Lake. Pour cette première annonce, Intel mise sur 6 processeurs à 2 cœurs destinés aux ultraportables. Le reste de la gamme arrivera plus tard, en janvier 2017.En mars dernier, nous faisions état du changement de stratégie d'Intel concernant le rythme des évolutions de sa gamme processeurs. D'un rythme à deux temps, la société est ainsi passée à un rythme à trois temps. La première étape, nommée Process, reste similaire à ce qu'était jusqu'ici le Tick, à savoir peu d'évolutions architecturales, mais un nouveau procédé de gravure. L'année suivante sera celle de l'étape nommée Architecture, similaire au Tock : un grand changement architectural sur un procédé de gravure inchangé. Enfin, la nouveauté vient de l'étape Optimization : l'architecture évolue par petites touches et le procédé ne change pas.

    La série Kaby Lake est à ranger dans la catégorie "Optimization", puisqu'il s'agit en fait d'une très petite évolution de l'architecture Skylake. On reste sur le même procédé de gravure en 14 nm, mais Intel parle ici de 14 nm+. Il faut comprendre par là que le fondeur est parvenu à optimiser son processus de gravure, ce qui permettrait d'obtenir un gain de 12 % de performance, sans que l'on sache à quel niveau exactement. Le moteur vidéo de l'iGPU a pour sa part été mis au goût du jour, puisqu'il est désormais en mesure de décoder et d'encoder les vidéos 4K HEVC en 10 bits. Sur Skylake, ce support n'était possible qu'en 8 bits.Intel a également revu son système de turbo qui s'avère deux fois plus réactif que sur Skylake. Avec Skylake, Intel avait déjà mis à jour son mode turbo, de manière à pouvoir changer plus rapidement la fréquence des différents cœurs selon les tâches à effectuer. Sur Kaby Lake, ce système nommé Speed Shift est donc à nouveau amélioré : il ne faut plus que 15 ms pour atteindre la fréquence maximale, contre 35 ms sur la génération précédente et 95 ms environ lorsque Speed Shift est inopérant.

    Le mode Turbo d'Intel évolue, de manière à passer plus rapidement à la fréquence maximale et ainsi optimiser les temps d'exécution.
    Évidemment, Intel profite également de cette nouvelle génération pour augmenter les fréquences de fonctionnement de ses puces. Le gain est compris entre 100 et 500 MHz en fonction des références. On trouve pour l'instant deux groupes de trois processeurs répartis selon leur enveloppe thermique : la série U, avec un TDP de 15 W, et la série Y, avec un TDP de 4,5 W. Les deux séries sont à destination des ordinateurs portables ultra fins, comme les ultrabooks.
    Au passage, on remarque qu'Intel semble abandonner la nomenclature Core m5 et m7 sur sa série Y. À la place, Intel réutilise les termes i5 et i7, mais conserve l'appellation m3 pour l'entrée de gamme. Peut-être est-ce pour faire une différence avec la série i3 dénuée de fonction Turbo ? Enfin, il faudra se montrer patient pour ceux qui attendent les déclinaisons à destination des ordinateurs de bureau. En effet, les versions desktop de Kaby Lake ne sont pas attendues avant janvier 2017, avec une présentation qui devrait avoir lieu au CES de Las Vegas.

    Nous vous parlions il y a peu du Predator 21X, sorte de monstre transportable pesant la bagatelle de 8 kg et doté d'un écran de 21" (env. 53,3 cm) incurvé. Pour ce second produit Acer annoncé à l'occasion de l'IFA 2016, nous partons dans une direction totalement opposée, puisque le Swift 7 se targue d'être un ultraportable de 13,3 pouces (≈ 33,8 cm) pesant 1,1 kg et ne dépassant pas les 9,98 mm d'épaisseur. Ce serait donc le laptop le plus fin du marché, juste devant le HP Spectre 13 (10,4 mm). Le design du produit semble d'ailleurs quelque peu inspiré par la machine de HP, puisqu'on retrouve le mélange de coloris doré et noir. La dalle IPS affiche de la Full HD (1 920 x 1 080 px) et est protégée par du Gorilla Glass. Côté configuration, on devrait profiter d'un processeur Intel Core i5 de nouvelle génération (Kaby Lake), de 8 Go de mémoire vive et de 256 Go en SSD. Bref, de quoi travailler et se divertir dans de bonnes conditions. Enfin, la connectique se compose de 2 ports USB 3.1 Type-C et l'autonomie annoncée est de 9 heures.

    Avec ses 8 kg sur la balance et sa dalle IPS incurvée de 21 pouces (définition de 2560 x 1080 pixels), il est difficile de parler encore de PC portable pour ce Predator 21 X. Le constructeur taïwanais souhaite avant tout marquer les esprits et l'on se doute qu'il ne compte pas en écouler des millions d'exemplaires, et ce malgré une fiche technique assez démentielle. Le Predator 21 X est ainsi l'un des premiers PC portables annoncés, équipés d'un processeur Intel Core de 7e génération (Kaby Lake) et est le second qui se paie le luxe de contenir deux cartes graphiques GeForce GTX 1080 en SLI (après le ROG GX800). Il pourra accueillir jusqu'à 64 Go de mémoire vive, 4 To de stockage en SSD et affiche par ailleurs un clavier mécanique avec touches Cherry MX, un rétroéclairage RGB ainsi que 5 ventilateurs pour dissiper au mieux la chaleur. On peut également compter sur la présence de la technologie de reconnaissance de mouvements de l'œil Tobii qui, selon Acer, "donne accès à des interactions inédites telles que viser, identifier les ennemis et se couvrir rien qu'en regardant des objets à l'écran". Autant dire que c'est le genre de gadget que l'on est curieux de tester, mais dont on a du mal à saisir l'intérêt véritable...

    Selon nos confrères de The Verge, le Predator 21X ne devrait pas être disponible avant le mois de janvier 2017 et, surtout, sera fabriqué à la demande. On imagine que le prix sera très largement prohibitif. Ceci étant dit, parvenir à assembler un écran incurvé de 21 pouces dans un châssis de notebook, aussi imposant soit-il, est une jolie performance et nous sommes extrêmement curieux de pouvoir tester le potentiel d'une telle machine.
    Si vous avez de gros problèmes d'autonomie sur votre Surface Pro 3, tout n'est peut-être pas perdu ; la solution serait essentiellement d'ordre logiciel. Microsoft vient en effet de publier un correctif qui améliorerait sensiblement la gestion et la capacité de la batterie de son portable deux-en-un. Comme indiqué sur cette FAQ, cette mise à jour se nomme "System Firmware Update - 8/29/2016" et doit être installée lorsque la Surface Pro 3 est branchée sur le secteur et avec au moins 40 % de charge disponible. Une fois le correctif appliqué, il faut redémarrer deux fois de suite l'appareil.

    Le problème venait apparemment d'une mauvaise interprétation du niveau de charge de la batterie par le firmware de la machine. Ce dernier reconnaissait par erreur le niveau de charge maximal et ne chargeait donc plus l'appareil. Selon les retours de quelques utilisateurs sur le site de Microsoft, l'installation de ce correctif aurait sensiblement amélioré la capacité maximale de batterie et prolongerait donc largement l'autonomie. Bref, si vous êtes propriétaire d'une Surface Pro 3, c'est une mise à jour à installer d'urgence. L'IFA, le vaste salon dédié aux nouvelles technologies et à l'électroménager se tiendra cette année du 2 au 7 septembre, à Berlin. Retrouvez, regroupés au sein de cette page spéciale, toutes les pré-annonces, les prises en mains, les vidéos des nouveautés, ainsi que les entretiens réalisés par notre équipe de rédaction auprès des constructeurs du marché de l'électronique grand public.

    Comme chaque année, une partie de la rédaction des Numériques posera ses valises à Berlin afin de couvrir LE salon européen dédié à la high-tech. Dès les premières conférences de presse, nous vous tiendrons informés des nouveautés attendues d'ici à la fin de l'année. Smartphones, casques, enceintes, TV, ordinateurs portables, objets connectés, petit et gros électroménager sont autant de secteurs que notre équipe va couvrir lors de cette nouvelle édition.N'hésitez pas à suivre les annonces et autres prises en main sur notre compte Twitter et sur Facebook. Toutes les vidéos seront disponibles sur la chaîne Youtube des Numériques.
    L'application gratuite App Gear4 (Android et iOS) permet de gérer ces enceintes en multiroom en les connectant au réseau domestique en Wi-Fi (configuration WPS disponible). Le constructeur annonce d'ailleurs avoir simplifié la connexion entre les enceintes grâce à la présence de trois boutons physiques offrant un accès direct aux services de musique et aux stations de radio en streaming. Une fonction pour appairer facilement les enceintes entre elles a également été brevetée par le constructeur. Il est enfin possible de se connecter sur ces deux enceintes en Bluetooth ou en filaire par le port mini-jack 3,5 mm.

    De plus en plus de fabricants connectent leurs appareils électroménagers et dans le cas du petit électroménager, ce sont souvent les appareils culinaires qui se voient équipés de la connectivité. Or, avant même de se demander si la connectivité est pertinente, la première question que l'on peut se poser consiste à savoir si les consommateurs sont prêts à chatouiller l'écran tactile de leur précieux smartphone... en cuisine. Et vous ?
    On ne compte plus les exemples de petits appareils électroménagers connectés, en particulier dans le monde de la cuisine. On peut citer pêle-mêle la balance de cuisine Tefal Cooking Connect, la friteuse Seb ActiFry Smart XL, le multicuiseur Cookeo Connect ou son concurrent Philips Avance Collection, le robot cuiseur connecté de Taurus ou celui de Moulinex, l'i-Companion — c'est d'ailleurs son arrivée au labo de test, suivie d'une discussion en réunion de rédaction qui nous a inspiré ce sondage. Et c'est sans compter tous les fabricants qui proposent une application pour enrichir l'expérience de leur appareil, même s'il n'est pas connecté (Vorwerk, Magimix, Kenwood...). En bref, les smartphones et tablettes sont amenés à être de plus en plus présents dans nos cuisines.

  • Batterie Toshiba PABAS110

    Autre initiative intéressante, la NES Mini est une refonte de la célèbre NES – la console qui avait lancé Nintendo et s’était transformée en succès planétaire -, adaptée aux standards actuels et livrée avec une trentaine de jeux. Beaucoup plus petite que le modèle original, mais également plus élégante, la NES Mini est dotée d’une connectique HDMI qui lui permet d’être connectée facilement à n’importe quel téléviseur ou vidéoprojecteur. Livre avec deux manettes et une trentaine de jeux, la console ne pourra toutefois pas lire les anciennes cartouches, ce qui signifie que les acheteurs devront se contenter des jeux qui sont livrés avec. Davantage objet de collection au charme vintage que révolution pour le secteur du gaming, la console de Nintendo aura le mérite de nous faire redécouvrir les plus grads classiques de la NES, de Mario Bros à Donkey Kong, en passant par Castlevania, Zelda et Metroid!

    Indispensable pour les mordus de Pokémon Go, le bracelet GoPlus sera très utile pour dénicher des Pokémons rares. Une fois appairé avec le smartphone de l’utilisateur, le bracelet émettra des vibrations à chaque fois que son propriétaire sera à proximité d’un Pokémon, lui permettant ainsi de se promener sans devoir forcément garder son smartphone au creux de la main. Le système, qui fonctionnera même lorsque l’application est en veille, permettra en outre d’économiser la batterie de son smartphone pour ne pas devoir emmener partout avec soi une batterie de secours…

    SEGA surfe lui aussi sur la mode du rétrogaming avec une petite console portable dotée d’un petit écran de 3,2″ qui fera revivre le mythe de la Megadrive. Livrée avec pas moins de 60 jeux, parmi lesquels quelques grands classiques comme Golden Axe, Mortal Kombat, Sonic ou Comix Zone, la console portable aura look beaucoup plus moderne que le modèle d’origine. Sega proposera également une refonte plus classique de sa Megadrive, au format salon cette fois, capable de lire les cartouches Megadrive d’époque, et compatible elle aussi avec les téléviseurs dotés de prises HDMI.

    Si cela vous paraît peu, pensez qu'il ne s'agit pas d'une enceinte nomade classique : il s'agit ici pour la batterie d'alimenter 4 haut-parleurs (2 woofers, 2 tweeters) d'une puissance totale de 100 watts (pas d'infos, mais probablement RMS), des récepteurs et un convertisseur capable de lire des formats allant jusqu'à 24 bits/192 kHz. La nouvelle application permet un réglage simplifié — espérons que les problèmes que l'on avait rencontrés avec les réseaux cachés ont été résolus !
    Retrouvez le Top 10 des tests parus sur Les Numériques au cours des 7 derniers jours. On retient cette semaine : le smartphone Honor 8, l'aspirateur balai Dyson V8 Absolute, la carte graphique Asus GeForce GTX 1060, l'appareil photo Fujifilm X-T2, le moniteur AOC Agon AG271X, l'enceinte Cabasse Surf.
    Ils se nomment Spin 1, Spin 3, Spin 5 et Spin 7, sont proposés entre 299 € et 1 399 € et entendent bien assoir un peu plus la position d'Acer sur le marché de l'ultraportable convertible. Toutes ces nouvelles machines sont en effet dotées d'une charnière grâce à laquelle à l'écran peut basculer à 360°, offrant ainsi différents modes d'utilisation — un format désormais bien connu, démocratisé par le succès du HP Spectre x360 ou des Yoga de Lenovo.

    Le très haut de gamme est incarné ici par le Spin 7, un laptop convertible avec un écran de 14 pouces (≈ 35,6 cm), mais qui tient dans un format de 13 pouces grâce à des bords très fins. Le châssis monocoque, entièrement en aluminium, pèse 1,2 kg et fait 10,98 mm d'épaisseur, tandis que la dalle IPS Full HD (1 920 x 1 080 px) est protégée par du Gorilla Glass.
    Côté configuration, le Spin 7 opte pour un processeur Intel Core i7 de génération Kaby Lake fraîchement annoncé (on imagine un i7-7500U), 8 Go de mémoire vive, ainsi qu'un SSD de 256 Go pour le stockage. L'autonomie est annoncée 8 heures et la connectique se compose de 2 ports USB 3.1 Type-C. La machine sera disponible dans le courant du mois d'octobre à 1 399 €.

    Vient ensuite le Spin 5, positionné à partir de 599 € et doté d'une dalle IPS de 13,3 pouces (≈ 33,8 cm) en Full HD (1 920 x 1 080 px). Là encore, la configuration semble tout à fait intéressante : processeur Intel Core de 7e génération, jusqu'à 16 Go de mémoire vive et jusqu'à 512 Go de stockage en SSD. Acer annonce tout de même une autonomie de 10 heures et précise que le capot supérieur est en aluminium brossé "à l'apparence de tissu". Il sera disponible dans le courant du mois d'octobre.
    Le Spin 3, quant à lui, joue la carte de la générosité, puisqu'il propose une dalle IPS de 15,6 pouces (≈ 39,6 cm) en HD (1 280 x 720 px) ou Full HD (1 920 x 1 080 px). Côté configuration, il est possible d'opter pour un processeur Intel Core de 6e génération (l'actuelle, donc), de 12 Go de RAM au maximum, et d'une solution de stockage hybride proposant à la fois un SSD (jusqu'à 256 Go) et un disque dur (jusqu'à 1 To). Acer annonce par ailleurs une autonomie de 9,5 heures, ce qui nous paraît très optimiste pour du 15,6 pouces. La disponibilité est prévue pour ce mois de septembre.

    Enfin, pour moins de 300 €, vous pourrez opter pour le Spin 1, que la marque taïwanaise vend comme "parfait pour les étudiants ou comme ordinateur d'appoint". Il faut dire qu'il opte pour un processeur Intel Celeron ou Pentium. Cependant, avec 8 Go de RAM et la possibilité d'opter pour une solution de stockage flash eMMC de 64 Go, en lieu et place d'un HDD de 1 To, il est possible les performances soient relativement au rendez-vous. Le produit est par ailleurs décliné en deux versions : la première de 11,6 pouces (≈ 29,5 cm / 1 366 x 768 px) et la seconde de 13,3 pouces (≈ 33,8cm / 1 920 x 1 080 px). Dans les deux cas, la dalle semble être de type IPS, ce qui est une excellente nouvelle. Il faudra attendre le mois de novembre pour mettre la main dessus. Outre son imposant Predator 21X, le très fin Swift 7, sa phablette Iconia Talk S et les nouveaux Liquid Z6, Acer a aussi profité de l'ouverture imminente de l'IFA pour lever le voile sur un nouveau venu dans sa gamme de Chromebooks. Les principales caractéristiques de l'engin ? Il embarque une dalle tactile et se veut déjà prêt pour accueillir le Play Store.

    Le R13 — ou Chromebook R13, de son nom complet — est un ordinateur portable mu par Chrome OS. Contrairement à la star du catalogue d'Acer dans ce domaine, nommément le R11, il arbore un écran de 13,3 pouces. La dalle, de technologie IPS, propose une définition de 1920 x 1080 px. Elle est tactile et cela n'est bien sûr pas dû au hasard : le fabricant annonce le support des applications Android et du Play Store. Dans les entrailles de la bête, c'est n'est d'ailleurs pas un processeur Intel, mais un SoC MediaTek (MT8173C) qui donne vie à l'ensemble. Pourvu de 2 cœurs Cortex-A72 et de 2 cœurs Cortex-A53, il est épaulé dans sa tâche par un GPU PowerVR GX6250 ainsi que par 4 Go de mémoire vive. La mémoire interne, pour sa part, est déclinée en 16, 32 et 64 Go.

    Détail d'importance, le R13 est ce qu'on appelle un convertible, c'est-à-dire un laptop dont la charnière est capable de pivoter à 360°. Concrètement, il peut être utilisé dans quatre positions, dont celle d'une tablette, ce qui paraît de bon ton pour profiter au mieux des richesses du Play Store. On ne le portera toutefois pas à bout de bras durant des heures : il accuse tout de même 1,49 kg sur la balance. Au sein de son châssis (326 x 228 x 15,5 mm), on trouve notamment un port USB-C réversible, un port USB 3.0, un port HDMI, des prises jack pour casque et micro ainsi qu'une webcam HD (1 280 x 720 px). La connectivité, elle, passe par le Wi-Fi (ac) et le Bluetooth 4.0.

    Capable, selon Acer, de fournir 12 heures d'autonomie, le R13 doit s'inviter sur les étals (virtuels) des marchands dès le mois d'octobre prochain. Prix de vente conseillé : à partir de 399 €.
    En marge de l'IFA à Berlin, Samsung a présenté sa nouvelle montre connectée, la Gear S3. Disponible en 2 versions, Frontier et Classic, elle ne révolutionne pas le genre, mais apporte quelques évolutions à la Gear S2, qui demeure d'ailleurs au catalogue du fabricant coréen.

    Au registre des spécifications, les deux nouvelles montres connectées sont identiques. Elles partagent un écran de 1,3" (3,3 cm) — plus grand de 0,1" ou 3 mm par rapport à la Gear S2 —, en dalle Super Amoled ronde affichant 360 x 360 px, soit une résolution de 278 ppp. Cet écran est bien évidemment tactile et se voit protégé par un verre Gorilla Glass SR+ qui n'a pas l'air de faire la part belle aux reflets : un bon point. À l'intérieur, le SoC utilisé n'est pas spécifié, mais il s'agit d'une puce double cœur à 1 GHz. Elle est accompagnée par 4 Go de mémoire interne et 768 Mo de RAM. L'ensemble fonctionne sous l'OS maison de Samsung, Tizen, en version 2.3.2.

    Côté connectivité, on trouve du Bluetooth 4.2, du Wi-Fi 802.11n, du NFC ainsi qu'un duo GPS/Glonass. La liste des capteurs comprend un cardiofréquencemètre, un accéléromètre, un gyroscope, un baromètre et un capteur de lumière. Une batterie de 380 mAh se charge de fournir l'énergie à tout ce petit monde. Samsung annonce 3 à 4 jours d'autonomie pour sa Gear S3, soit 1 de plus que ce qui était promis pour la précédente.
    Les caractéristiques sont donc globalement assez proches de celles de la Gear S2. Toutefois, la S3 embarque en plus un duo micro/haut-parleur permettant de passer des appels directement sur la montre, et même de lire de la musique via des applications comme Spotify. Le son reste bien évidemment loin d'offrir une prestation digne d'une enceinte portable, mais semble au premier abord convenir pour les appels.