Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Batterie Toshiba satellite pro 6050

Le Twist est également loin dans les tests de performances individuels. Par exemple, au PCM PCMark 7, le score du Twist est de 1 099 points, qui est loin derrière le Yoga (2 115) et le Duo 12 (2 187). Bien que le Twist bénéficie d'un SSD de 24 Go pour le boot, il prend plus de temps que les autres ultrabooks convertibles pour démarrer - 13,4 secondes, ce qui est presque deux fois plus que le Yoga (7,9 secondes) et le Duo 12 (8,8 secondes). Il est plus rapide, cependant, que les ordinateurs portables qui n'ont pas de SSD, comme le Toshiba Satellite S4310-P854t (22,7 secondes) et l'Acer Aspire V5-571P-6499 (21,3 secondes). Les performances graphiques duTwist sont celles que nous nous attendions à trouver puisqu'il ne bénéficie pas de carte graphique séparée. Lors du test réalisé avec le jeu Dirt (paramètres de qualité maximales, 1366 par 768 pixels de résolution), le Twist a généré 28,8 images par seconde, ce qui le place au niveau du Yoga (30,1 i/s) et du Duo 12 (33,3 i/s).

Enfin au niveau nomade, le Twist offre à peine trois heures et quinze minutes d'autonomie ce qui n'est pas très bon au vu de la concurrence. Les autres ultrabook hybrides tiennent généralement au moins cinq heures (5 h 37 pour le Yoga et 4 h 39 pour le Duo 12), et certains, tels que le Samsung XE500T1C-A01, arrivent même à 9 heures...Bien que le Lenovo ThinkPad Twist ait quelques défauts, il fait très bien ce pour quoi il a été conçu. Autrement dit, c'est un bon ultrabook tablette hybride pour un usage professionnel. Dommage que l'autonomie ne soit pas au rendez-vous.
Toshiba a présenté deux PC portables minces, dont un qui intègre des commandes vocales pour envoyer des messages sur les réseaux sociaux, faire des recherches sur le web ou écouter de la musique.

Toshiba a dévoilé deux ultrabooks dont un qui intègre un logiciel de reconnaissance vocale. Le Satellite E45T a été construit pour cette fonctionnalité. Il est livré avec le logiciel Dragon Assist pour la reconnaissance des instructions vocales. Toshiba a intégré deux microphones pour une meilleure perception de la voix. Le constructeur indique que le portable peut entendre les instructions jusqu'à près d'un mètre de distance. Il est livré avec la dernière génération de processeur Core i5 d'Intel, basé sur la micro-architecture Haswell qui comprend des instructions pour la reconnaissance vocale. Concrètement, les utilisateurs pourront demander à l'ordinateur d'envoyer des messages sur Facebook ou Twitter, regarder des vidéo sur YouTube ou même jouer de la musique. Doté d'un écran 14 pouces tactiles, il pèse environ 1,8 kg pour une autonomie estimée à 7,5 h. Côté stockage, il embarque 500 Go de disque dur et 32 Go en flash. Le Satellite E45T sera disponible aux Etats-Unis à partir du 4 août au prix de 799 dollars HT. Des déclinaisons de cet ultrabook sont prévues dans d'autres pays.

Toshiba a présenté également le Satellite E55T qui est doté d'un écran 15,6 pouces tactile pour un poids total de 2,2 kg et un prix de 579 dollars HT. Il fonctionne avec un processeur AMD A6 connu sous le nom Kabini. Côté stockage, il embarque un disque dur de 75 Go. Il dispose de la même autonomie estimée que le Satellite E45T. Tous les deux comprennent une résolution d'écran de 1366 x 768 pixels, soit du HD 720p. Côté connectivité et connectique, ils sont compatibles WiFi 802.11 ac, comprennent des ports USB 3.0 et une webcam. Fort d'une hausse des ventes de PC portables équipés de ses produits, le fabricant de processeurs AMD a fait progresser de 4 points à 18% sa part du marché des notebooks en Europe de l'Ouest. AMD évolue à contre-courant sur le marché des PC portables en Europe de l'Ouest. Selon le cabinet Context qui sonde les ventes des grossistes IT de la région, les achats de notebooks dotés de ces processeurs ont progressé de 10% entre octobre et novembre derniers par rapport à la même période en 2012. Or, au même moment, les livraisons globales de ce type d'ordinateurs baissaient de 12%. Résultat, la part d'AMD sur le marché des portables est passée à 18% lors des deux premiers mois du quatrième trimestre 2013 contre 14% un an plus tôt.

La progression des ventes de notebook équipés de processeurs du fabricant a été principalement portée par le marché britannique. Outre-Manche, les livraisons de portables HP, Lenovo et Toshiba animés par une puce AMD ont cru de 70%. Leur hausse s'est établie à +38% en Espagne et à +36% en Italie. Quelques mois après son processeur Zen pour PC, AMD dévoile Naples une déclinaison 32 coeurs pour serveur. Selon le fabricant, les premiers serveurs intégrant cette puce seront livrés au cours du premier semestre de cette année. Lors du dernier CES (5 au 8 janvier), AMD avait lancé ses premières puces Zen Ryzen (huit cœurs) pour PC. Mais, une nouvelle version serveur de la puce avec 32 cœurs, nom de code Naples, est déjà en production et sera livrée dans les prochains mois. Bien que Naples n'ait pas encore de nom officiel, AMD attend beaucoup du nouveau processeur. Alors que la première puce Ryzen cible les PC, l’objectif de Naples est plus ambitieux : la nouvelle puce serveur veut rivaliser avec les très musclées puces Xeon d'Intel qui équipent la plupart des serveurs actuels. Pour susciter l'enthousiasme autour de Naples, AMD a entrepris une campagne de promotion extrêmement active qui reprend la stratégie de Ryzen : mettre en avant les performances de la puce Zen. Selon AMD, en terme de performance, le cœur processeur de la puce serveur Zen offrira les mêmes avantages que les puces Ryzen. Le fabricant affirme ainsi que sa nouvelle puce serveur, basée sur Zen, exécute 40 % d’instructions par cycle d’horloge de plus que sa puce précédente basée sur l'architecture Excavator, une donnée importante pour mesurer les performances d’un CPU. AMD insiste aussi sur le nombre élevé de cœurs - 32 - de Naples.

Comparativement, les puces Xeon d'Intel peuvent intégrer jusqu'à 24 cœurs. La puce Intel Xeon Phi pour supercalculateurs peut supporter jusqu'à 72 cœurs, mais elle n'est pas destinée aux serveurs sockets courants. « Quand il y a plus de cœurs, les serveurs peuvent exécuter plus de tâches. Ça fait une différence », a déclaré cette semaine dans un blog Forrest Norrod, vice-président senior et directeur général d’AMD. De plus en plus de données sont déplacées vers le cloud, et les serveurs installés dans les datacenters sont de plus en plus sollicités. « Le nombre élevé de cœurs apporte une puissance de traitement supplémentaire qui permettra aux serveurs de répondre rapidement aux requêtes, de reconnaître les images, de traiter les vidéos téléchargées. Avec un seul CPU Zen, un serveur pourra prendre en charge autant de tâches qu'un serveur actuel à deux sockets », a encore déclaré Forrest Norrod.

AMD livrera aussi des puces serveur Zen avec moins de cœurs », a déclaré Jim McGregor, analyste principal chez Tirias Research. Aujourd’hui en effet, la majorité des serveurs tournent avec des puces quadricœurs, et le vrai marché pour les puces Naples 32 cœurs est limité, mais il suffit de désactiver des coeurs pour proposer une gamme de processeurs. Le marché des serveurs est dominé par des serveurs à deux sockets. Les puces 24 cœurs d'Intel sont compatibles avec les serveurs quatre et huit sockets, très courants dans les institutions financières et d’autres entreprises qui ont besoin de beaucoup de puissance. « Intel a utilisé la puce Xeon pour épuiser le marché, en forçant les gens à acheter des serveurs à deux sockets, mais AMD pourrait infléchir cette tendance », a encore déclaré Jim McGregor. « AMD prévoit également d’intégrer une nouvelle technologie de bande passante mémoire qui stimulera la performance du serveur et lui donnera peut-être un avantage sur la puce Xeon », a ajouté l’analyste. On ne sait pas exactement en quoi consiste cette technologie, mais elle pourrait être basée sur la technologie mise au point par le consortium Gen-Z qui permet de délivrer un débit à grande vitesse à l'intérieur et à l'extérieur des serveurs.

Par le passé, AMD a déjà essayé de surprendre Intel sur le marché des serveurs, mais ses initiatives ont été très contre-productives. En 2003, le fabricant de puces a livré la première puce serveur 64 bits x86 appelée Opteron, poussant Intel à batailler dur pour rattraper son retard. Mais AMD a perdu son avance en livrant des puces Opteron basées sur l'architecture Bulldozer, moins performantes et disqualifiées par les fabricants de serveurs. En 2013, AMD a, à nouveau, perdu sa chance d’entrer durablement sur le marché des serveurs en décidant de changer d'architecture. Cette année-là, le fabricant a pris la décision fatale de mettre de côté l’architecture x86 et de recentrer sa stratégie serveur autour de l'architecture ARM. AMD pensait que les puces ARM basse consommation finiraient par remplacer les puces x86 dans les serveurs et qu’elle pourrait gagner jusqu’à 20 % de parts sur ce marché d'ici 2017. Mais, ce n’est pas ce qui s’est passé. AMD a livré ses premières puces serveur ARM au début de l’an dernier, mais aujourd’hui, très peu de serveurs tournent avec ces puces, même si la promesse demeure. Réalisant son erreur, AMD a renoncé pour ses puces serveur à l’architecture ARM pour revenir au x86 avec les puces Zen. Dans l'intervalle, Intel a profité des maladresses d'AMD, livrant régulièrement de puces Xeon capables, chaque fois, de prendre en charge les dernières technologies. Si bien que désormais, Intel détient plus de 90 % du marché des processeurs serveur.

Les commentaires sont fermés.