Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

http://www.akkusmarkt.com - Page 5

  • Batterij Sony VAIO VGN-FZ

    Het Engelse vervoersbedrijf GNER begint een proef met WiFi-toegang in de trein, zo wordt er op de site gemeld. In eerste instantie wordt er getest in enkele treinen en alleen in de eerste klasse, waar gedurende de eerste drie weken gratis van de internettoegang gebruik kan worden gemaakt. Mocht het project een succes worden, dan zullen ook pasagiers die tweede klas reizen gebruik kunnen maken van de connectie. Om te kunnen garanderen dat er altijd verbinding is, wordt er op het traject van verschillende typen verbindingen gebruik gemaakt:WiFiThe patented communication technology from our supplier Icomera allows data communication over these multiple links to increase the bandwidth and availability of the system. You will experience approximately the same kind of quality as with a DSL connection though the connection speed will vary based on obstacles along the railway track and the amount of coverage offered for the different networks used. For example, when the train passes through a tunnel, 4-6 cellular phone links are used in parallel to maintain the Internet connection, and even if the speed decreases temporarily, the connection will entirely not drop. This means that your connection speed will vary during the trip. You will access our internet connection by using your own Wi-Fi enabled laptop to link in to the on train server, using wireless 802.11b network technology. Tom's Hardware Guide heeft het N-Charge-Power-System van Valence Technology eens nader onderzocht. Dit 1,35kg zware apparaat is een universele Lithium-ion accu met een capaciteit van 10Ah voor notebooks. Door zijn vorm kan hij makkelijk onder een laptop worden geplaatst en met een uitgebreid aanbod van adapters, kan hij op een breed gamma van portable computers worden aangesloten. Daarnaast kan de batterij ook gebruikt worden om een GSM-telefoon op te laden of dienen als universele 12V-bron voor apparaten met een 12V-sigarettenaanstekeraansluiting.

    Gewapend met een Fujitsu Lifebook S2000 en Mobilemark 2002 heeft Tom's Hardware Guide gemeten hoe goed het N-Charge-Power-System werkt. De Lifebook S2000 geeft de geest na 146 minuten als er alleen met de interne accu wordt gewerkt. Als de S2000 alleen via de N-Charge-Power-System van voeding wordt voorzien, dan kan men 389 minuten op de notebook werken. Als beiden echter gecombineerd worden, dan kan er 517 minuten achter elkaar gewerkt worden. De conclusie is dan ook positief, met als enige minpunt het extra gewicht dat moet worden meegesleept.Intel en Philips zijn een samenwerkingsverband aangegaan voor de productie van Home Entertainment Systems. Tot dusverre is de consument nog niet erg enthousiast over deze toestellen, maar beide bedrijven hopen hierin verandering te brengen. Intel zal de processor, chipset en software leveren, terwijl Philips het apparaat zal maken en onder de naam Philips Showline Media Center MCP9350i op de markt brengen.De processor is een Pentium 4 met hyperthreading en de chipset een Intel 945 Express. Op de harde schijf van 250GB kunnen audio, video en foto's worden opgeslagen. Intel High Definition Audio kan via meerdere streams tegelijk naar verschillende apparaten worden gestuurd. De tv-tuner is dubbel uitgevoerd, zodat de gebruiker via Picture In Picture gelijktijdig naar twee verschillende kanalen kan kijken. Ook HDTV wordt ondersteund.

    Philips is van plan het apparaat in oktober of november in Europa op de markt te brengen. Het zal ook in de VS worden uitgebracht, maar omdat het eerst moet worden aangepast aan de Amerikaanse standaarden is nog niet bekend wanneer dat gaat gebeuren. Het zal worden aangeprezen als een audiovisueel apparaat en niet als computer, ondanks dat er veel pc-functionaliteit in zit. Intel is van plan de samenwerking met Philips te gebruiken om verder door te dringen op de markt voor audiovisuele consumentenelektronica. Omdat de Pentium-processors hiervoor eigenlijk te duur zijn en te veel energie gebruiken, zal Intel hiervoor binnenkort een productlijn volgens de Viiv-specificaties introduceren. Het bedrijf hoopt dat dit een bekend begrip in de wereld van mediacenters gaat worden, net als Centrino dat voor laptops is.

    nVidia heeft zijn nieuwste videochip op de Comdex-beurs in Las Vegas voorgesteld. Het schatje luistert naar de naam GeForce FX Go5700 en mikt op de mobiele markt, waar ATi op dit moment de touwtjes in handen heeft met een marktaandeel van 56%. Verschillende fabrikanten, waaronder Toshiba en Alienware, hebben reeds toegezegd producten rond de nieuwe mobiele chip te gaan bouwen. De verzending is al begonnen, in het eerste kwartaal van 2004 zal de GeForce FX Go5700 in nieuwe laptops te vinden zijn. Vorige week berichtten we reeds over vroege benchmarks van de Go5700. Daaruit bleek dat ATi's Mobility 9600 een stuk beter presteerde dan nVidia's chip, zelfs toen deze overgeklokt werd. Het is wachten op de eerste officiële reviews om deze prestaties al dan niet bevestigd te zien. Uitgebreide specificaties van de kaart zijn hier te vinden.

    GeForce FX Go logoWhen NVIDIA introduced the original GeForce FX Go series just over six months ago, notebook manufacturers responded by creating truly innovative products ranging from media center machines with beautiful 17-inch displays, to the first true gaming notebook,” said Jeff Fisher, executive vice president of worldwide sales at NVIDIA. Op de Empire High School worden sinds 10 augustus, de datum waarop het nieuwe schooljaar begon, geen boeken meer gebruikt. In plaats daarvan zijn iBooks uitgedeeld aan alle 340 scholieren. De schoolleiding hoopt dat deze grote verandering ervoor zal zorgen dat de scholieren meer zin zullen krijgen om te leren. Onderzoek bij andere middelbare scholen heeft namelijk laten zien dat scholieren die een computer gebruiken voor het leren, meer toegewijd waren dan scholieren zonder pc. De meeste jongeren vonden het in het geheel niet vervelend om vrijwel alleen van een scherm te moeten leren, iets wat ouderen vaak moeilijk vinden. De leerstof wordt via het draadloze netwerk op de school aan de iBook-gebruikers ter beschikking gesteld. Huiswerk kan digitaal ingeleverd worden en, om te voorkomen dat massaal fraude plaatsvindt, wordt met behulp van software gecontroleerd of er sprake is van plagiaat. Daarnaast wordt het internet op de school gefilterd om het zo onmogelijk te maken om bijvoorbeeld chatsites te bezoeken of instant-messagingprogramma's te draaien.

    Docenten krijgen via de overal aanwezige laptops de mogelijkheid om het onderwijscurriculum dynamischer te maken en om informatie van internet directer te integreren in het onderwijs. Opvallend is dat de computer- en internetvaardigheden van de scholieren nogal eenzijdig zijn ontwikkeld. Chatten en een eenvoudige zoekopdracht op het internet kunnen ze probleemloos doen, maar het werken met bijvoorbeeld een tekstverwerker is iets waar extra training bij nodig is. De Empire High School opent dit jaar voor het eerst zijn deuren en is speciaal opgezet om te kunnen functioneren als een boekloze school. In een verklaring is door het Vail Unified School District, waar ook Empire High School onder valt, aangegeven dat al enkele jaren gezocht wordt naar mogelijkheden om technologie te integreren in het onderwijs. Dit betekent meestal dat, evenals op andere scholen, computers werden ingevoerd als extraatje en dat schoolboeken in gebruik blijven. Dit ging echter niet ver genoeg en daarom zijn de onderwijsmethodes voor Empire High School radicaal veranderd.

    Er is nieuwe informatie verschenen over de aankomende standaard DisplayPort, die zowel VGA als DVI moet gaan opvolgen. Het voorstel, dat onder andere door ATi, nVidia, Dell, HP en Samsung is ontwikkeld, is eerder deze week bij de VESA ingediend voor evaluatie. Deze review zal minstens een halfjaar in beslag nemen, en verwacht wordt dan ook dat de eerste producten die DisplayPort ondersteunen op zijn vroegst over een jaar zullen verschijnen. Het voordeel van de nieuwe standaard zit vooral in de verhoogde bandbreedte. Via een dunnere kabel kan er dankzij een 'low-voltage differential signal' maximaal 10,8 gigabit per seconde verstuurd worden, waardoor er voor grote schermen zoals de Cinema Display van Apple geen speciale dual-link kabels meer nodig zijn om de maximale resolutie te halen.Tevens kan er naast beeld ook audio en 'interactieve communicatie' (denk bijvoorbeeld aan de terugvoer van een touch screen of afstandsbediening) door de DisplayPort heen, waardoor het aantal kabels achter de pc weer extra kan afnemen. De beeldkwaliteit gaat volgens de ontwerpers omhoog, omdat niet langer voor ieder frame het complete scherm getekend wordt, maar alleen de wijzigingen ten opzichte van het vorige beeld worden doorgegeven. Als extra voordeel zou dit nog stroom kunnen besparen in laptops ook.

    Hoewel DisplayPort dus duidelijk voordelen heeft boven DVI, verwacht niet iedereen dat het een groot succes wordt. De geïnstalleerde markt van VGA en DVI is zo enorm groot dat de overgang moeizaam zal verlopen. Bovendien is er dit keer een concurrerende standaard met een behoorlijke voorsprong: HDMI. Ook zit er nog een potentiële adder onder het gras, een optioneel kopieerbeveiligingsmechanisme dat mensen die normaalgesproken altijd de nieuwste technieken willen hebben af zou kunnen schrikken.De non-profit-organisatie Playpower Foundation heeft zijn plannen toegelicht om een twaalf dollar kostende laptop voor educatieve doeleinden te bouwen. Als basis dient de stokoude 8-bits 6502-processor, die onder andere in de NES is terug te vinden.

    De Playpower-organisatie, die al een jaar werkt aan zijn plannen voor een zeer goedkope computer voor educatieve doeleinden, presenteerde zijn plannen op de Emerging Technology Conference in San Jose, zo meldt Tech-on. Playpower stelt dat een zeer goedkope computer alleen te bouwen is met hardware waarop geen enkel patent meer rust en waarvan de belangrijkste onderdelen al op grote schaal worden geproduceerd. De organisatie is, na het uitvoeren van de nodige research, uitgekomen bij de op 1MHz geklokte 6502-processor, die in de jaren tachtig onder meer de NES-console van rekenkracht voorzag. In de VS en Japan worden voor prijzen van ongeveer twaalf dollar al NES-klonen uitgebracht die van een 6502-processor voorzien zijn.Playpower wil de 8-bits cpu, waarop geen patenten meer rusten, onderbrengen in een soc. Deze chip moet vervolgens in een toetsenbord worden geïntegreerd, iets wat ook gebeurde bij de ontwerpen van veel home computers uit de jaren tachtig. De als TVC getypeerde machine zou via een kabeltje aan de televisie gehangen moeten worden. Om educatieve software in te laden, dienen er - net als bij de NES - cartridges in het apparaat te worden gestoken. Verder wil Playpower zijn TVC gaan uitrusten met aansluitingen voor een muis en spelcontrollers.

    Hoewel de plannen voor de hardware van de Playpower-organisatie nu zijn uitgekristalliseerd, is er mogelijk nog wel een probleem met het vinden van kwalitatief goede educatieve software. Voor de NES is destijds weinig in dit genre uitgebracht, en om vlot draaiende programma's te schrijven dient de 6502-cpu in assembler, oftewel machinecode, te worden geprogrammeerd. Playpower denkt het probleem deels op te kunnen lossen door de opensource-sdk nBasic uit te brengen. Tezamen met de beschikbare documentatie van de NES zouden programmeurs in staat moeten zijn om educatieve titels van bijvoorbeeld de Commodore 64 of de Apple II te porten, of om nieuwe programma's te bouwen. De Playpower stelt dat er, mede dankzij de retro-trend in de gamewereld, voldoende animo zal zijn om voor de TVC te programmeren, en dat de grafische beperktheid van de 8-bit-hardware juist meer creativiteit van de ontwikkelaar vereist.

    1. http://retrouve3.bravesites.com/blog
    2. http://retrouve3.sosblogs.com/
    3. http://retrouve3.mee.nu/
  • Batterie Toshiba Portege R600

    Inutile, cependant, d'espérer faire du montage vidéo ou de la retouche photo : ce type de configuration ne s'y prête tout simplement pas. Là encore, nous sommes avant tout face à une tablette — puissante, certes — équipée d'un clavier et il faut donc adapter ses usages. La Galaxy TabPro S est ainsi idéale pour taper du texte, surfer sur le web, ou regarder des vidéos, mais pas beaucoup plus. Processeur Core M3 oblige, la partie graphique de la Galaxy TabPro S est gérée par un iGPU Intel HD Graphics 515. Il n'est donc certainement pas fait pour le jeu et n'a jamais prétendu le contraire. Vous pouvez éventuellement lancer des titres en 2D ou des jeux en 3D très anciens, mais pas beaucoup plus.Par son format, sa légèreté et sa finesse, la Galaxy TabPro S est clairement à ranger dans la catégorie des "grandes" tablettes accompagnées d'un clavier. En résulte un produit hautement mobile, que l'on transporte très facilement et qui se range dans n'importe quel sac de taille moyenne, d'autant plus que son étui protège bien l'ensemble. Le bilan concernant l'autonomie est un peu plus mitigé. La machine profite d'une batterie 5200 mAh, pour une autonomie annoncée de 10 heures. La réalité est un peu moins rose, puisque notre test de lecture vidéo sous Netflix (sous Chrome, casque branché, luminosité à 200 cd/m²) a tourné pendant 4h48. Un constat décevant, surtout en comparaison des autres tablettes du marché sous Android ou iOS, mais qui mérite cependant d'être nuancé : dans le cadre d'un usage plus polyvalent, mêlant bureautique et web, et en jouant sur la luminosité et l'économie d'énergie, on monte facilement à 9 heures de durée vie. Notons enfin qu'un cycle de recharge complet prend environ 2h30. Cdiscount nous propose une remise très intéressante de 299 € sur cet ordinateur 17,3 pouces polyvalent (43,9 cm). Le Lenovo Y70-70 est équipé d'un processeur d'avant-dernière génération (Haswell), d'une carte graphique dédiée Nvidia GeForce GTX860M et d'un disque dur mécanique hybride de 1 000 Go avec 8 Go de mémoire flash. Une configuration convenable avec laquelle on pourra même jouer pour 699,99 €.

    Ce portable n'est jamais passé sur notre banc de test, mais sa fiche technique nous indique quelle utilisation en attendre. Nous retrouvons donc un processeur i5-4200H (testé sur le Acer V Nitro) accompagné de 4 Go de mémoire et un SSHD de 1,08 To. Cette configuration permet à la machine d'avoir une bonne réactivité globale, tandis que les programmes tels que le surf Internet, le traitement de texte, l'export photo sous Lightroom ou l'encodage de vidéos ne poseront aucun problème. La partie graphique n'a pas non plus été oubliée avec une Nvidia GeForce GTX 860M. Elle permet de jouer dans de bonnes conditions (niveau de détails sur haut ou moyen) dans la définition native de la dalle IPS. Cette dernière affiche une définition Full HD (1920 x 1080 px).

    Côté connectique, on peut compter sur deux ports USB 3.0, un port USB 2.0, un lecteur de carte SD, un port jack combo casque-micro, un HDMI, un VGA et un port Ethernet. La connectivité sans fil est assurée par le Wi-Fi ac et le Bluetooth 4.0. La machine profite de plus d'un clavier rétroéclairé de couleur rouge et d'une finition mêlant le plastique et l'aluminium. Il y a moins d'un an, Philips dévoilait sa propre vision du multiroom : des enceintes reliées en Wi-Fi les unes aux autres, de manière classique, mais une connexion au terminal en Bluetooth. Une configuration qui offre certes une portée moindre et une qualité maximale inférieure à ce qu'offre le multiroom traditionnel, mais une flexibilité d'utilisation sans commune mesure.

    La promesse d'Izzy, c'est une configuration d'un simple geste — sans routeur, mot de passe ou application. Le système est à la fois bien plus souple (avec la possibilité, enfin, d'écouter ses podcasts, YouTube, ses mémos, etc.) et plus compatible que les autres systèmes multiroom (possibilité se connecter à n'importe quel appareil, pourvu qu'il soit équipé du Bluetooth). La contrepartie, c'est une qualité audio limitée à 16 bits/44,1 kHz et une distance maximale entre le terminal et l'enceinte maîtresse de 10 mètres, sans compter les obstacles. Sous le patriarcat Gibson, la famille Izzy s'est récemment agrandie ; jetons ensemble un coup d'œil au faire-part des naissances.Nous avions déjà évoqué la BM5, à l'époque encore non affublée de son doux sobriquet. La plus petite enceinte sédentaire de la gamme embarque deux haut-parleurs de 2,5 pouces (6,35 cm) qui délivrent un son stéréo de 5 watts RMS.

    Un port USB est disponible — seulement pour la recharge d'appareils idoines — ainsi qu'une entrée analogique. Tout comme les autres enceintes de l'écosystème Izzy, la BM5 peut être appairée avec 5 de ses consœurs.Esthétiquement, la BM7 est une version étirée en longueur de la BM5. La puissance monte cette fois-ci à 30 watts, et les 2 haut-parleurs de 3,5 pouces (environ 7,5 cm) promettent un son ample, riche et clair avec notamment des aigus joliment détaillés et des basses "étendues", ainsi qu'une puce NFC pour faciliter l'appairage Bluetooth. De son côté, la BM6 est une enceinte multiroom... portable ! Elle promet 8 heures d'autonomie en Bluetooth et 4 en multiroom. De manière analogue, elle consomme 15 watts sur secteur pour 10 sur batterie. La naïade nomade est certifiée IPX4 (protégée contre les projections d'eau de toutes directions) et peut basculer entre la musique de deux appareils différents grâce à la fonction Multipair. La dernière, mais non la moindre, est la seule descendante connue à ce jour d'Izzy... et de Fidelio. Les amateurs de la sous-marque pourront se ravir de cet enfantement : la BM90 est bien entendu équipée du Bluetooth, mais aussi d'un lecteur CD (CD-MP3, CD et CD-R/RW), d'un Tuner et d'un port USB — cette fois-ci pour la lecture également, mais seulement en MP3.

    On ne rigole plus du côté de la puissance non plus, avec 200 watts RMS annoncés. Les technologies sont multiples, comme le PureDigital (pour un son "totalement limpide"), le LivingSound (pour une "immersion totale") ou 4 modes d'écoute (pour une "définition optimisée des styles musicaux"). La tour de son dissimule un système 3.1 avec caisson de basses intégré et dispose d'une entrée auxiliaire en mini-jack. Le tout peut se piloter soit via l'écran — tactile —, soit grâce à la télécommande fournie. Elle est d'ores et déjà disponible, au prix conseillé de 600 €. Il y a moins d'un an, Philips dévoilait sa propre vision du multiroom : des enceintes reliées en Wi-Fi les unes aux autres, de manière classique, mais une connexion au terminal en Bluetooth. Une configuration qui offre certes une portée moindre et une qualité maximale inférieure à ce qu'offre le multiroom traditionnel, mais une flexibilité d'utilisation sans commune mesure.

    La promesse d'Izzy, c'est une configuration d'un simple geste — sans routeur, mot de passe ou application. Le système est à la fois bien plus souple (avec la possibilité, enfin, d'écouter ses podcasts, YouTube, ses mémos, etc.) et plus compatible que les autres systèmes multiroom (possibilité se connecter à n'importe quel appareil, pourvu qu'il soit équipé du Bluetooth). La contrepartie, c'est une qualité audio limitée à 16 bits/44,1 kHz et une distance maximale entre le terminal et l'enceinte maîtresse de 10 mètres, sans compter les obstacles. Sous le patriarcat Gibson, la famille Izzy s'est récemment agrandie ; jetons ensemble un coup d'œil au faire-part des naissances.Nous avions déjà évoqué la BM5, à l'époque encore non affublée de son doux sobriquet. La plus petite enceinte sédentaire de la gamme embarque deux haut-parleurs de 2,5 pouces (6,35 cm) qui délivrent un son stéréo de 5 watts RMS. Un port USB est disponible — seulement pour la recharge d'appareils idoines — ainsi qu'une entrée analogique. Tout comme les autres enceintes de l'écosystème Izzy, la BM5 peut être appairée avec 5 de ses consœurs.

    Esthétiquement, la BM7 est une version étirée en longueur de la BM5. La puissance monte cette fois-ci à 30 watts, et les 2 haut-parleurs de 3,5 pouces (environ 7,5 cm) promettent un son ample, riche et clair avec notamment des aigus joliment détaillés et des basses "étendues", ainsi qu'une puce NFC pour faciliter l'appairage Bluetooth. De son côté, la BM6 est une enceinte multiroom... portable ! Elle promet 8 heures d'autonomie en Bluetooth et 4 en multiroom. De manière analogue, elle consomme 15 watts sur secteur pour 10 sur batterie. La naïade nomade est certifiée IPX4 (protégée contre les projections d'eau de toutes directions) et peut basculer entre la musique de deux appareils différents grâce à la fonction Multipair. La dernière, mais non la moindre, est la seule descendante connue à ce jour d'Izzy... et de Fidelio. Les amateurs de la sous-marque pourront se ravir de cet enfantement : la BM90 est bien entendu équipée du Bluetooth, mais aussi d'un lecteur CD (CD-MP3, CD et CD-R/RW), d'un Tuner et d'un port USB — cette fois-ci pour la lecture également, mais seulement en MP3.

    On ne rigole plus du côté de la puissance non plus, avec 200 watts RMS annoncés. Les technologies sont multiples, comme le PureDigital (pour un son "totalement limpide"), le LivingSound (pour une "immersion totale") ou 4 modes d'écoute (pour une "définition optimisée des styles musicaux"). La tour de son dissimule un système 3.1 avec caisson de basses intégré et dispose d'une entrée auxiliaire en mini-jack. Le tout peut se piloter soit via l'écran — tactile —, soit grâce à la télécommande fournie. Elle est d'ores et déjà disponible, au prix conseillé de 600 €. Il y a moins d'un an, Philips dévoilait sa propre vision du multiroom : des enceintes reliées en Wi-Fi les unes aux autres, de manière classique, mais une connexion au terminal en Bluetooth. Une configuration qui offre certes une portée moindre et une qualité maximale inférieure à ce qu'offre le multiroom traditionnel, mais une flexibilité d'utilisation sans commune mesure.

    La promesse d'Izzy, c'est une configuration d'un simple geste — sans routeur, mot de passe ou application. Le système est à la fois bien plus souple (avec la possibilité, enfin, d'écouter ses podcasts, YouTube, ses mémos, etc.) et plus compatible que les autres systèmes multiroom (possibilité se connecter à n'importe quel appareil, pourvu qu'il soit équipé du Bluetooth). La contrepartie, c'est une qualité audio limitée à 16 bits/44,1 kHz et une distance maximale entre le terminal et l'enceinte maîtresse de 10 mètres, sans compter les obstacles. Sous le patriarcat Gibson, la famille Izzy s'est récemment agrandie ; jetons ensemble un coup d'œil au faire-part des naissances.Nous avions déjà évoqué la BM5, à l'époque encore non affublée de son doux sobriquet. La plus petite enceinte sédentaire de la gamme embarque deux haut-parleurs de 2,5 pouces (6,35 cm) qui délivrent un son stéréo de 5 watts RMS.

    Un port USB est disponible — seulement pour la recharge d'appareils idoines — ainsi qu'une entrée analogique. Tout comme les autres enceintes de l'écosystème Izzy, la BM5 peut être appairée avec 5 de ses consœurs.Esthétiquement, la BM7 est une version étirée en longueur de la BM5. La puissance monte cette fois-ci à 30 watts, et les 2 haut-parleurs de 3,5 pouces (environ 7,5 cm) promettent un son ample, riche et clair avec notamment des aigus joliment détaillés et des basses "étendues", ainsi qu'une puce NFC pour faciliter l'appairage Bluetooth. De son côté, la BM6 est une enceinte multiroom... portable ! Elle promet 8 heures d'autonomie en Bluetooth et 4 en multiroom. De manière analogue, elle consomme 15 watts sur secteur pour 10 sur batterie. La naïade nomade est certifiée IPX4 (protégée contre les projections d'eau de toutes directions) et peut basculer entre la musique de deux appareils différents grâce à la fonction Multipair. La dernière, mais non la moindre, est la seule descendante connue à ce jour d'Izzy... et de Fidelio. Les amateurs de la sous-marque pourront se ravir de cet enfantement : la BM90 est bien entendu équipée du Bluetooth, mais aussi d'un lecteur CD (CD-MP3, CD et CD-R/RW), d'un Tuner et d'un port USB — cette fois-ci pour la lecture également, mais seulement en MP3.

    On ne rigole plus du côté de la puissance non plus, avec 200 watts RMS annoncés. Les technologies sont multiples, comme le PureDigital (pour un son "totalement limpide"), le LivingSound (pour une "immersion totale") ou 4 modes d'écoute (pour une "définition optimisée des styles musicaux"). La tour de son dissimule un système 3.1 avec caisson de basses intégré et dispose d'une entrée auxiliaire en mini-jack. Le tout peut se piloter soit via l'écran — tactile —, soit grâce à la télécommande fournie. Elle est d'ores et déjà disponible, au prix conseillé de 600 €. Au cours du trimestre qui a pris fin le 30 juin dernier, Nintendo a réalisé un chiffre d'affaires de 61,969 milliards de yens, soit, au cours actuel, 534 millions d'euros. Cela constitue, au regard du 1er trimestre de l'année fiscale précédente, un repli spectaculaire de 31,3 %. Le bénéfice d'exploitation, lui, s'est établi à -5,134 milliards de yens (-44 millions d'euros), contre 1,15 milliard un an plus tôt. Quant au résultat net, il n'a guère été flatteur. Avec un trou de 24,534 milliards de yens dans la caisse (212 millions d'euros), même en partie imputable à la récente vigueur de la monnaie japonaise, on peut dire que la firme a très mal entamé son nouvel exercice fiscal.

    Dans le détail, on observe — sans grande surprise — que l'absence de sortie notable a fait très mal aux ventes, tant sur le plan software que hardware. Concrètement, en l'espace de 3 mois, Nintendo n'a écoulé que 940 000 3DS et 8,47 millions de jeux pour ladite console. La Wii U est demeurée encore plus discrète, avec 220 000 exemplaires écoulés et 4,68 millions de jeux. En regardant les choses du bon côté, on pourrait féliciter la console pour avoir (enfin) passé le seuil des 13 millions de machines en circulation. Mais cela reste très faible comparé à la Wii première du nom ou aux deux autres consoles de cette génération, à savoir la PlayStation 4 et la Xbox One (plus de 60 millions d'unités au cumul). On remarquera, au passage, que même Nintendo n'espère plus de sursaut : il compte tout juste vendre 800 000 Wii U sur l'ensemble de l'année.

    En termes de perspectives, enfin, la firme n'offre rien de très réjouissant pour l'été. À ses yeux, elle a déjà tiré les principales cartouches prévues avant les prochaines fêtes de fin d'année avec Star Fox Zero, Star Fox Guard et Mario & Sonic at the Rio 2016 Olympic Games. Il faudra donc, a priori, attendre novembre et la sortie de Pokémon Soleil et Pokémon Lune pour voir ses recettes revenir à un niveau un peu plus encourageant. Serait-ce le retour du duel qui opposa Nintendo et Sega sur le terrain des consoles de jeu dans les années 1980 et 1990 ? C'est en tout cas ce qui semble se dessiner avec l'annonce, à l'occasion des 25 ans de Sonic, de deux nouvelles versions de la Mega Drive de Sega : une portable et une de salon. Cette dernière viendra donc se frotter à la NES Classic Mini de Nintendo dès cet automne, puisque sa sortie est attendue pour le mois d'octobre. Seulement, ce retour n'est pas réellement signé Sega, mais AtGames... Contrairement à ce que l'annonce pouvait laisser penser au départ, ce retour de la Mega Drive n'est pas vraiment signé Sega. Si ce dernier accorde les droits d'exploitations de sa console et de ses jeux, il n'est donc pas directement responsable de l'annonce d'une nouvelle Mega Drive, contrairement à Nintendo avec sa NES Classic Mini. Comme nous le précisons ci-dessous, il s'agit bel et bien d'une annonce du fabricant At Games, qui se contente de sortir une nouvelle version de sa Mega Drive Genesis à l'occasion des 25 ans de Sonic. Nous avons par conséquent mis à jour notre titre pour plus de précision.

  • Batterie Toshiba Satellite L20

    NES et Mega Drive ne sont pourtant pas de même génération, puisque la Mega Drive avait plutôt pour concurrente la non moins célèbre Super Nintendo. Pas question malgré tout pour Sega de relancer sa Master System, réelle alternative à la NES à l'époque, et encore moins de concevoir lui-même de nouveaux modèles, puisqu'il s'agira une fois encore de consoles produites par AtGames, partenaire de la marque au hérisson bleu. Un retour qui nous semble donc quelque peu opportuniste pour surfer sur l'annonce de la Nintendo Classic Mini. Les deux Mega Drive Genesis d'AtGames seront vendues environ 60 € et intègreront 80 jeux, parmi lesquels les incontournables Sonic, Mortal Kombat, Virtua Fighter 2, Golden Axe... La version de salon sera livrée avec 2 manettes sans fil et acceptera les cartouches Mega Drive originales, contrairement à la NES Classic Mini qui, elle, doit se contenter des jeux installés dans sa mémoire interne. La Mega Drive portable proposera enfin un emplacement pour carte SD, permettant l'ajout de titres supplémentaires, ce dont est également incapable la NES Classic Mini.

    Les deux consoles sont pour le moment référencées par le revendeur britannique Funstock Retro. Reste à espérer que cette nouvelle version de la Mega Drive sera au moins à la hauteur de la NES Classic Mini, avec une connectique digne de ce nom, puisque les Mega Drive commercialisées par AtGames ces dernières années ne profitaient pas de sorties audiovidéo numériques. Cela semble toutefois assez mal engagé, dans la mesure où rien de tel n'est mis en avant. Or, la médiocre qualité d'image et de son fait partie des reproches souvent formulés envers les différentes déclinaisons de Mega Drive proposées par AtGames. Ce point sera donc à vérifier attentivement. Alors que HP caracole en tête des ventes de PC depuis un moment (en Europe, tout du moins), la marque n'a pas réussi à s'implanter sur un créneau pourtant de plus en plus lucratif : celui du PC dédié au jeu vidéo. Tout juste a-t-on eu droit à un Omen 15 sous GTX 860M il y a plus d'un an et à un Pavilion Gaming plus récemment. Pas de quoi s'emballer, donc, surtout quand des Asus, des MSI, ou même des Acer, sortent régulièrement des machines de guerre franchement sexy. Mais ça, c'était avant l'annonce de cette nouvelle gamme de produits Omen, qui devient désormais le seul label "gamer" chez HP.

    Ce sont donc trois nouvelles machines qui sont annoncées : le Omen 15, le Omen 17 et le PC fixe Omen. Commençons par ce dernier, qui se targue d'être VR ready. Comme souvent avec HP, la configuration est largement paramétrable et il est possible de monter très haut en gamme : processeur jusqu'au Core i7-6700K, 32 Go RAM au maximum, et une carte graphique qui peut être une Nvidia GTX 1080 ou une Radeon R9 390X. La tour, quant à elle, profite d'un design agréable et plutôt classieux, surtout pour un modèle orienté jeux vidéo. Intéressons-nous maintenant au duo de PC portables, respectivement de 15 et 17 pouces. Pour ces nouveaux Omen, HP abandonne le design biseauté dans la partie basse et la connectique l'arrière de 2015 pour quelque chose de bien plus classique et, avouons, plus pratique. Les deux machines optent ainsi pour un châssis aux bords arrondis et un revêtement softouch plutôt agréable autour du clavier. Sur le dessus, le logo Omen est bien mis en évidence, comme le veut désormais la tradition sur les portables gamers. Le clavier chiclet est quant à lui rétroéclairé, et il est par ailleurs possible de mettre uniquement en lumière les touches ZQSD, très souvent utilisées dans le jeu vidéo.

    L'écran sera quant à lui proposé en version Full HD (1920x1080 px) et 4K. Côté configurations, ces deux nouveaux Omen semblent malheureusement ne pas vouloir aller au bout de leur sujet. Trois modèles de cartes graphiques sont ainsi proposés (GeForce GTX 950M, GTX 960M et 965M). Point de 970M et encore moins de 980M à l'horizon, et il sera difficile de faire tourner des jeux très récents et gourmands (au hasard The Witcher 3, The Division, Far Cry Primal) dans d'excellentes conditions. Ceci étant dit, il n'est pas impossible que d'autres modèles sortent d'ici la fin de l'année, exploitant les futures — et très probables — cartes graphiques GTX 1070M et 1080M. Et là, ça pourrait devenir très intéressant. Ces nouveaux Omen nous ont en tout cas fait bonne impression, malgré la petite déception des cartes graphiques portables. HP semble avoir opté pour un design réussi et étonnamment sobre pour du "gamer". Terminons cette présentation par un point prix et disponibilité : la tour Omen sera disponible le 1er juillet à partir de 1099 €, le Omen 17 arrivera le 13 juin à partir de 899 € et le Omen 15 est déjà en vente — mais apparemment difficile à trouver — au prix de 899 €. La gamme Envy de HP se positionne sur un créneau assez haut de gamme et l'on attend donc beaucoup de cette version 15 pouces. Après un Envy 13 très convaincant, son grand frère aux mensurations généreuses saura-t-il, lui aussi, nous séduire ? Avec le Envy 15, HP transpose le design soigné et réussi du Envy 13 dans un format un peu plus volumineux. Nous sommes devant un PC portable équipé d'un écran tactile de 15 pouces et très bien équipé côté hardware (processeur Intel Core i7, 8 Go de RAM, 128 Go de SSD et 1 To de HDD). Les prix débutent à partir de 1049 €.

    Ce PC portable de HP fait partie de la gamme Envy et l'on s'attend donc à un design classieux et à un niveau de finition exemplaire. C'est clairement le cas ici, la machine étant globalement irréprochable sur ce point. Le châssis entièrement en aluminium retient très peu de traces de doigts, la charnière semble très solide et la touche de métal à l'arrière apporte un surplus de luxe. Lorsque l'on ouvre la machine, on découvre une large surface dédiée au clavier, qui inclut un pavé numérique. Les touches sont bien espacées, la frappe est assez précise malgré une course assez courte. En revanche la taille réduite de la touche "Entrée" entraîne pas mal de fautes de frappe. Le touchpad, entouré d'un liseré argenté, est de bonne taille et offre une glisse précise. Il sonne en revanche un peu creux lorsque l'on tapote dessus (pour le double clic, notamment), tandis que le clic droit a parfois du mal à s'enclencher. Côté connectique, c'est du classique et efficace : 3 ports USB 3, 1 port USB Type-C, un lecteur de carte SD, une sortie HDMI et une prise jack. L'ensemble, sur les côtés gauche et droit, est très accessible. Le HP Envy 15 chauffe peu : lors d'un stress-test, on relève un point chaud de 47°C à l'avant dans la partie inférieure gauche de l'écran, et de seulement 40,1°C à sous le châssis. Ces bons chiffres s'accompagnent d'un souffle réduit, qui ne dépasse pas les 39 dB lorsque l'on fait tourner le benchmark Unigine Heaven pendant 1 heure.

    Ce HP Envy 15 profite d'une dalle tactile brillante IPS de 15,6 pouces, affichant une définition Full HD (1920 x 1080 px). Tout d'abord, petit bémol sur le choix d'une dalle tactile, très peu utile sur du 15 pouces et qui empêche du coup l'emploi d'une dalle mate, bien plus lisible.Excepté cette remarque, il faut avouer que cet écran est de très bonne qualité et bien lumineux (305 cd/m²). Son taux de contraste (860:1) est assez bon, mais pas non plus transcendant. La colorimétrie est également bonne, sans être exceptionnelle. Le Delta E (écart entre les couleurs réelles et les couleurs affichées, considéré comme très bon en dessous de 3) monte à 5,3 et la température des couleurs est de 6230 K, soit un chiffre assez proche de la norme à 6500 K. Rien à signaler concernant la courbe gamma, stable, signe de noirs profonds et de blancs bien définis. Les claviers mécaniques sont réputés pour leur réactivité et leur robustesse. Ils sont ainsi appréciés de la plupart des joueurs qui y voient un moyen d'améliorer leurs performances et peuvent compter sur un appareil en principe fiable. Mais les mécaniques sont également de très bons claviers pour la bureautique, certains interrupteurs proposant un très bon confort de frappe, à défaut d'être silencieux. Il n'est donc pas si surprenant de voir Razer se lancer sur le marché de l'accessoire pour tablette tactile.

    Baptisé Mechanical Keyboard Case, ce clavier mécanique pour iPad Pro prend la forme d'une coque en polycarbonate avec clavier, dans laquelle s'insère la tablette qui ressemble ainsi à un ordinateur ultraportable deux-en-un. Une béquille en métal trouve sa place à l'arrière de l'accessoire pour stabiliser l'iPad Pro.Le clavier se connecte en Bluetooth à l'Ipad Pro ; son autonomie est annoncée à 600 heures par charge sans rétroéclairage, et 10 heures seulement avec le rétroéclairage à son niveau d'intensité maximal.Avec son clavier mécanique pour iPad Pro, Razer met en avant la durabilité de ses nouveaux interrupteurs mécaniques ultraplats, garantis pour un minimum de 80 millions d'activations. Côté technique, une force de 70 cN est requise pour l'activation en question, ce qui semble très élevé, puisque même les Cherry MX Black (les interrupteurs les plus raides de la marque Cherry) se contentent d'une force de 60 cN. Espérons donc qu'il ne faudra pas appuyer trop fort malgré tout pour utiliser les touches chiclet de ce clavier pour iPad Pro.

    Razer se veut rassurant et affirme que son "premier clavier à touches mécaniques ultra-plates du monde offre les mêmes performances et qualités tactiles qu'un clavier mécanique classique" — en l'occurrence, les sensations proposées par ces interrupteurs ultraplats seraient proches de celles des interrupteurs Razer Vert, selon le fabricant. Il sera également intéressant de surveiller le bruit émis par ces interrupteurs mécaniques ultraplats, puisque les nuisances sonores représentent sans doute le plus gros défaut de la technologie mécanique. La vidéo ci-dessous n'est pas spécialement rassurante sur ce point. La benjamine de la famille SRS est un modèle splashproof et compact, promettant néanmoins un son ample, profond et percutant grâce à la fameuse fonction Extra Bass. Avec la X2, Sony garantit en outre une grande autonomie et un son puissant. Voyons ce qu'il en est.

    Une fois n'est pas coutume, Sony nous propose un modèle tout en rondeurs et en jovialité. La fort sympathique XB2 est une sorte de parallélépipède trapézoïdal arrondi — mais mieux que mille mots, voici quelques photos. Disponible en bleu, vert, rouge ou noir, l'enceinte nomade ultra-compacte mais pas si légère que ça (191 x 62 x 65 mm pour 480 grammes) arbore à l'avant une grille elliptique pour protéger ses deux haut-parleurs de 42 mm et son radiateur passif, et six boutons de commande sur sa face supérieure. À l'instar de sa puînée, la h.ear go XB1, on s'étonne de ne pas trouver sur la XB2 une commande pour mettre la musique en lecture/pause et pour passer au morceau suivant/précédent. En dehors de cette cruelle absence, on trouve toute la ribambelle des fonctions habituelles : mise sous/hors tension, appairage Bluetooth, réglage du volume et activation de la reconnaissance vocale/gestion des appels. La petite enjouée propose effectivement un kit mains-libres, dont la qualité est assez moyenne : dans un environnement calme tout baigne, mais en extérieur, la voix de l'utilisateur devient difficilement compréhensible par l'interlocuteur ; il faut alors quasiment se coller à l'enceinte, ce qui rend caduque la qualification de "mains-libres". La dernière commande est le doucement célèbre traitement Extra Bass, censé... booster les basses — oui-bravo-vous-avez-gagné.

    Pour un pilotage plus complet, il existe l'application SongPal. Cette dernière accède à la bibliothèque musicale stockée sur l'appareil ou aux playlists Spotify et permet cette fois-ci la navigation entre les pistes (lecture/pause/piste précédente/suivante), mais également de sélectionner la source, les traitements audio (ClearAudio+, DSEE HX ou égaliseur 5 bandes) et le codec Bluetooth (SBC, AAC et LDAC), de visualiser le niveau de la batterie et de régler la mise en veille automatique de l'enceinte — pratique Patrick si on ne veut pas vider la batterie par étourderie. Toutefois, les plus observateurs d'entre vous auront remarqué que les premières captures de SongPal montrent une application connectée à une certaine HG-1... pas avec la XB2. La raison est simple : SongPal n'a tout bonnement jamais reconnu la petite dernière — alors que le portable, lui, était bien appairé à l'enceinte en Bluetooth. On a essayé de l'allumer avant, après, de désappairer, de réappairer, de mettre le logiciel de l'enceinte à jour, de faire une danse de la pluie... en vain. La connectivité est extrêmement fluide et agréable, la XB2 se reconnectant automatiquement au dernier appareil auquel elle a été appairée. On note toutefois quelques très rares problèmes de connexion au cours desquels la musique se met à couper, suivant plutôt le rythme d'un hachoir industriel que celui d'un gentil raton laveur.